Comment le cerveau travaille ?

Traduction en français de l’article « How the brain works ? » Zengar Institut

Le cerveau est la structure dynamique la plus complexe connue de tout l’univers.

Le cerveau est capable

  • de traiter une quantité massive d’informations

  • de développer des réponses,

  • d’appliquer ces réponses pour augmenter l’efficacité (efficience) et la maîtrise.

Heureusement, l’inconscient est autorégulé de telle façon que des processus ou opérations ne requérant pas notre attention immédiate prennent place hors de notre conscience, dans notre subconscient.

Cela laisse notre esprit conscient « désencombré », libre pour traiter des stimuli importants et immédiats qui requièrent conscience et attention concentrée.

Lorsqu’on apprend un comportement, s’établit un réseau d’interconnectivités neuronales qui soutient, supporte ce comportement.  Avec la répétition, les connections neuronales sont renforcées et plus facilement activées.  Finalement, le comportement peut devenir une réponse de type primaire et inconscient (un comportement automatique qu’on fait sans réfléchir ou se concentrer).

La capacité continue du cerveau de créer de nouvelles voies et de nouvelles interconnections est essentielle pour l’apprentissage et l’adaptabilité.

Ces fonctionnalités du cerveau dynamique ont de profondes applications dans la vie quotidienne.

Si nous répétons assez souvent un comportement, se développe une dynamique d’auto-organisation qui conduit ensuite le comportement lui-même.

Des comportements « auto-organisés » problématiques sont souvent largement inconscients et peuvent être soit aussi simples qu’obsolètes, en « copiant » des stratégies, soit aussi extrêmes que des conditions psychologiques et émotionnelles sérieuses (graves).

Une fois établis, ces comportements influencent la façon dont nous percevons le monde, nos relations avec notre environnement et notre sens de nous-mêmes.

Exemple : Les comportements dynamiques peuvent être comparés à une voiture roulant vers le bas d’une colline.  Si vous sautez devant la voiture alors qu’elle vient de démarrer, ce sera plus facile de l’arrêter que si la voiture a développé un élan, un « momentum ».

Quand le comportement a un composant inconscient, nous sommes aussi inconscients de son activation, de la consolidation ou de l’accumulation de l’intensité dynamique.

D’ici au moment où cela atteint notre conscient, le comportement est d’habitude difficile à contrôler parce qu’il est supporté par des forces inconscientes puissantes et qu’il a gagné un élan (« momentum ») considérable.

Lorsque, en traversant le stress de la vie moderne ou une surcharge d’informations, de traumatismes ou d’autres influences, le traitement conscient ou inconscient devient « compromis » alors  perte de performance et souffrance peuvent apparaître.

Les organes du corps (body system) qui régulent cela sont affectés, et le traitement et l’intégration des expériences de vie deviennent inefficaces.  La charge additionnelle placée sur l’esprit conscient provoque une perte de conscience et de performance dans le monde moderne.

En conséquence, des comportements problématiques, des maladies, des symptômes ou des dépendances surviennent.