Séance de RSV « Résonance Schumann + Vortex »

Il s'agit d'un appareil de biorésonance qui se présente sous forme de plateau ovale recouvert d’une plaque de Quartz qui vibre ou tremble très légèrement (rien à voir avec certains plateaux qui peuvent générer un stress musculaire) et sur lequel on peut se tenir debout (pour traiter l’ensemble du corps) ou assis, ou même couché, avec des coussins spéciaux on peut également agir localement sur certaines parties du corps. 

 

On choisit la position selon le but recherché. 

Comment ça marche?

Le « Plateau RSV® » combine et concilie plusieurs modes d’action qui sont complémentaires et qui permettent réellement de récupérer un fonctionnement optimal de l’organisme et de l’esprit.

Le « Plateau RSV® » envoie, dans un VORTEX (V) et à travers une plaque de QUARTZ, une fréquence correspondante à la RESONANCE DE SCHUMANN  (RS).  Il s'agit bien d'un outil de biorésonance 

Principalement, la machine RSV active, dynamise, restructure, de façon très efficace la circulation, et donc la communication, des liquides corporels.

Nous sommes constitués d’eau à 80% d’eau.  Le cerveau est fait de 85% d’eau.  Rien ne se fait dans le corps sans que ça passe par l’eau.  Notre ADN ne fonctionne pas sans eau… c’est dire ! Il suffit de 3 jours sans eau pour mourir.

Nous sommes faits d’eau, nous consommons de l’eau (2 L/jour pour un adulte moyen, dans les boissons et les aliments), nous nous lavons dans l’eau (En prenant une douche ou un bain, nous absorbons 1 à 1,5 litre(s) d’eau !).

L’eau, ce n’est pas seulement « H2O »

En effet, le scientifique japonais Masuro EMOTO a, le premier, attiré l’attention sur d’autres caractéristiques jusque là inconnues de l’eau. 

Emoto congelait et photographiait des cristaux de gouttelettes d’eau prises dans différents endroits ou placés sous de multiples influences.  Il observait les caractéristiques de cristallisation de la structure intime de l’eau.

Des recherches ont été approfondies par de nombreux scientifiques, dont Benvensite et de Montoyer qui fut un prix nobel.

 

On comprend, et on ne met désormais plus en doute, que l’eau a une mémoire.

La structure de l’eau est formée de ce qu’on appelle des « clusters » qui sont le reflet de fréquences très précises qui contiennent et véhiculent de l’information.  L’eau vibre !  Elle est émetteur et récepteur à la fois, elle est donc un vecteur de communication entre tous les organes et les cellules de notre corps. Les informations que cette eau (dont nous sommes fait et que nous absorbons) véhicule et garde en mémoire sont primordiales puisqu’elles influencent notre état de santé physique et psychologique.

L’information de toute cette eau dont nous sommes faits nous modifie continuellement dans nos fonctionnements endocriniens, nos réactions nerveuses, nos capacités immunitaires… et donc aussi dans nos comportements et dans la qualité de la vie.

Il est désormais démontré que toutes pollutions chimique et/ou physique de notre eau (int. & ext.) altèrent notre santé et même nos liens sociaux. 

Les fréquences des appareils modernes interfèrent négativement avec notre organisme.  Cette électro-pollution qui sature inévitablement tout notre environnement a donné naissance à la première génération des « électro-sensibles ».

Le cerveau est fait d’eau (85%). Par exemple, le liquide céphalo-rachidien est un liquide « eau de roche », donc très cristallin, c’est-à-dire qui est formé de cristaux, tout comme le Quartz.

Les ondes électromagnétiques altèrent la barrière encéphalique qui devrait protéger ce liquide ; le cerveau devient perméable à toute sorte de déchets, débris qui circulent dans nos liquides corporels (sang, eau).  Même si ces pollutions sont temporaires, on sait maintenant que les informations s’impriment dans les tissus nerveux et dans l’eau qui constitue notre CV.  Ces informations modifient sa structure.

Pour que l’eau puisse imprimer dans sa mémoire puis porter, véhiculer et restituer des fréquences, il faut qu’elle soit dans un état d’ordre particulier qui est un équilibre très proche de celui du Quartz.  

La bonne nouvelle c’est que si l’eau est donc clairement un vecteur de changement, alors on peut, et on doit l’utiliser comme porteur d’information, comme véhicule de remède(s).

C'est ce que fait le plateau RSV en envoyant, dans un vortex et à travers une plaque de Quartz, la fréquence corresponcante à la résonance  de Schumann.

Cette dernière agit comme un diapason naturel de nos ondes alpha.

L’ onde (ou la résonance) de Schumann (du nom du physicien Otto Schumann qui l’a décrit en 1957) est en quelque sorte le « pouls moyen » qui bat et dans lequel on baigne - dans l’air coincé entre la surface de la terre et la ionosphère.  Ce pouls est peu variable et existe depuis la nuit des temps.  Il a une fréquence moyenne de 7,83 Hertz (cycles par seconde).

Les ondes Alpha sont des ondes cérébrales qui rythment tout le cortex dans la même fenêtre de fréquences que celles de Schumann (entre 7 et 12 Hertz). Les ondes alpha s’activent en état de relaxation profonde, ou en méditation légère, lorsqu’on rêve, lorsqu’on crée en pensées, etc.

Notre hypothalamus produit une onde de 7,83 Hertz précisément, c’est une constante biologique commune à tous les êtres vivants. L’hypothalamus contient des cellules magnétiques qui lui permettent de se coordonner avec la résonnance de Schumann

En reproduisant le rythme naturel de la terre, la RSV,  nous fait entrer en diapason avec notre fréquence optimale, telle qu’elle devrait être naturellement.

Liens pour en savoir plus:

 

Pour une information plus poussée sur l’onde de Schumann, l’onde alpha, la structure de l’eau, le rôle et le fonctionnement de l’hypothalamus, le vortex, le quartz et tous ces éléments sur lesquels ou grâce auxquels le plateau RSV agit, suivez les liens ci-essous.