À propos

Sophie Beaufays est psychologue (Master en Psychologie et Sciences de l'éducation - UCL - 1995).

Elle a été formée en 2013 au TFH (Touch for Health) à l'IBK (Institut Belge de Kinésiologie)

Elle est également diplômée "praticienne en Neurofeedback dynamique" NeurOptimal®.(Zengar Institute, British Colombia, Canada)

Elle est psychologue agréée par la Commission des Psychologues, ce qui vous permet de bénéficier de certains remboursements auprès de vos mutuelles et/ou assurance complémentaire. N’hésitez pas à leur demander les informations et documents relatifs aux consultations psychologiques et psychothérapeutiques.
 

Son outil principal est le Neurofeedback dynamique qui, depuis des années, fait preuve d’une remarquable efficacité dans l’accompagnement des personnes en souffrance, ainsi que de celles qui souhaitent plus simplement améliorer leurs performances (attention, concentration, mémoire, coordination, créativité,...).

Pourquoi du "neurofeedback"?


Je m'intéresse au "neurofeedback" depuis très longtemps. J'ai été de nombreuses fois en contact, de près ou de loin, professionnellement ou dans mes relations privées à la détresse des enfants qui souffrent du TDAH (Trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité), et c'est dans ce cadre que j'ai toujours gardé un œil sur les avancées extraordinaires dans le domaine des neurosciences et de ses applications.


Il m'est apparu de plus en plus clair qu'à côté du traitement médicamenteux (Rilatine®,  Concerta®,…) qui est plutôt symptomatique (il ne soigne pas mais agit sur les symptômes) et certaines thérapies dites "alternatives" (des régimes, des psychothérapies, etc), la méthode la plus prometteuse et la moins invasive se trouvait dans le neurofeedback. 
Aussi longtemps que les méthodes de neurofeedback étaient linéaires, et consistaient en une technique de conditionnement opérant ou de stimulations induites de l’extérieure, tentant de 'corriger' l’activité cérébrale d’un individu singulier en fonction de l’activité cérébrale d’une « norme » de référence, je suis restée une peu dubitative malgré les études et recherches publiées qui démontraient l'efficacité du neurofeedback. De plus, encore jusqu'il y a peu, ces technologies avancées nécessitaient non seulement l'utilisation d'ordinateurs assez puissants (et donc encombrants) pour pouvoir traduire l'activité cérébrales en images et en sons, mais aussi de neurologues avertis et expérimentés pour manipuler ces neurotechnologies aux effets secondaires trop souvent imprévisibles.  

L'institut Zengar est mondialement reconnu dans le domaine du neurofeedback et a mis au point un système (NeurOptimal®) qui consiste en un EEG (électroencéphalogramme) relié à un ordinateur qui renvoie simplement à l'utilisateur, via le son et l'image, des informations précises sur son activité cérébrale.
Le cerveau étant doué de la capacité de s'autoréparer (on appelle cela la plasticité cérébrale), il s'autorégule petit à petit à son rythme, et s'en suit une amélioration très nette, voire une disparition totale, d'un très large spectre de symptômes liés au système nerveux central, y compris le TDAH qui est bien un trouble d’origine neurologique.

L'intérêt de cette méthode NeurOptimal® c'est d'abord le fait que l'on se répare soi-même juste parce qu'on nous fournit une information qu'autrement nous n'aurions pas. Un peu comme lorsque vous êtes distrait en conduisant sur l'autoroute parce que vous réglez votre radio ou jetez un œil sur votre GSM... Si vos roues touchent la ligne de séparation entre la route et la bande d'urgence, un bruit assez stressant retentit et il ne faut qu’une milliseconde pour réagir et corriger la trajectoire. Vous pouvez imaginer que cette idée, simple mais géniale, a sauvé de très nombreuses vies sur nos autoroutes!

Parler au cerveau le langage du cerveau
Le neurofeedback devient dynamique , il n'est plus linéaire.  On capte l’ensemble des ondes cérébrales 256 fois par seconde et on renvoie cette information simultanément au cerveau.  Et c’est aussi simultanément que le cerveau s’autorégule, non pas parce qu’on induit cela par une stimulation ou une récompense, mais simplement parce que le système NeurOptimal® transmet au cerveau une information sur lui-même et dans son langage. Le cerveau n’est pas amené (induit) à se corriger en fonction d’une norme de référence.  Il s’autorégule en fonction de ses besoins et de sa propre empreinte. C’est pour cela qu’on qualifie ce neurofeedback de « dynamique ».

Enfin faire appel et faire confiance aux dons naturels d’autoguérison du cerveau, c’est ça qui est révolutionnaire !


A présent que l’institut Zengar a produit un système plus convivial, plus transportable (ordinateurs portables et tablettes) et plus abordable pour ses utilisateurs, j’ai décidé d’investir dans une formation, puis d’importer un système du Canada.
Je suis depuis, chaque jour, surprise par les résultats formidables témoignés par les utilisateurs… 

Dans les pages de ce site, vous trouverez plus d’explications sur le neurofeedback dynamique et la méthode NeurOptimal®, dans quels cas elle s’est déjà montrée efficace, et comment fonctionne en pratique une séance.  vous trouverez également des liens vers des publications, études, recherches, ouvrages.

 

En plus du neurofeedback, la kinésiolologie est un outil de communication très efficace et très précis, elle permet au patient d'avoir un réel biofeedback sur son état, une prise de conscience qu'il peut sentir "dans sa chaire".

Durant la plupart des consultations je transmets des techniques faciles de kinésiologie appliquée (Par exemple: BrainGym, Touch for Health, brossage des méridiens,...etc) qui peuvent être pratiquées à la maison, à l'école, au sport, au bureau et qui permettent d'aider l'organisme à regagner son état d'équilibre (homéostasie) et d'harmonie énérgétique.  Quelques gestes très simples, enfantins, peuvent faire des miracles...et booster le pouvoir d'autoréparation de chacun.  J'ai la ferme volonté de transmettre ces techniques (j'appelle cela une boîte à outils) à un maximum de personnes qui gagneront ainsi bien plus d'autonomie.

Enfin, j’ai intégré également certains outils de « biorésonance énergétique » dans ma pratique en mettant à disposition de mes patients un plateau RSV et en profitant des consultations ou des séances pour utiliser des CEF ("plaques de Koltsov").     

Tous mes « outils » ont cela de commun qu’ils sont

  • naturels, non-invasifs,

  • holistiques (on tient compte de tous les aspects d’un individu : physiques, biologique, énergétiques, émotionnels plutôt que de réduire un syndrôme ou un symptôme  à son aspect purement « médical » ou « psychologique »)  

  • axés autour de l’autoguérison en utilisant le "biofeedback"

  • utilisés avec une grande bienveillance.

On me demande souvent pourquoi je refuse de me présenter comme "psychothérapeute", c'est certainement parce que je ne prétends pas SOIGNER qui que ce soit.  Chacun d'entre nous possède un pouvoir d'autoguérison extraordinaire.  Mes études et formations me permettent d'utiliser dans ma pratique des méthodes et des outils qui ont pour fonctions la prise de conscience, l'accompagnement bienveillant, et surtout l'autonomie.

Appelez-moi sans hésitation si vous avez des questions, cela n’engage à rien.